Quels intérêts de nommer son conjoint ou sa conjointe comme bénéficiaire d’un contrat d’assurance vie ?

Vous souhaitez désigner votre conjoint(e) comme bénéficiaire de votre contrat d’assurance vie mais vous ignorez les avantages qu’il/elle pourrait en tirer ? Pas d’inquiétudes, cet article vous présente les avantages qu’une assurance vie offre à votre conjoint(e) lorsqu’il/elle est désigné(e) comme bénéficiaire de votre contrat.

Assurance vie et droit de succession

Lorsque vous désignez votre conjoint(e) comme bénéficiaire de votre contrat d’assurance vie, vous lui permettez ainsi de toucher à votre décès un capital sans les droits de succession lorsque le montant est inférieur à 152 000€. Par contre si la somme touchée dépasse cette limite, une assez faible taxation de 20% lui sera imposée. En désignant votre partenaire comme bénéficiaire de votre contrat, vous le protégez à votre décès car il bénéficie sur le capital d’un droit propre et exclusif qui entre en vigueur le jour même de sa désignation. Ainsi à votre décès, le calcul des droits du conjoint survivant et l’établissement de l’actif successoral se feront sans les primes liées à votre contrat d’assurance vie. Par cette désignation, vous éliminez la concurrence directe avec d’autres héritiers tels que des enfants conçus dans une précédente union.

Léguer plus d’argent à votre conjoint(e)

La désignation de votre conjoint(e) en qualité de bénéficiaire de contrat d’assurance vie est également très utile pour lui transmettre plus de capital. C’est un atout pour transmettre de la liquidité immédiate car le déblocage du capital ne nécessite nullement l’intervention d’un notaire ou le dénouement de la succession. Il suffira au conjoint bénéficiaire de faire vérifier son identité ou de présenter les documents qui le désignent comme bénéficiaire pour entrer en possession de ses fonds. Avec les assurances vie dites « en cas de vie », le titulaire a la possibilité de se désigner bénéficiaire ou de choisir un tiers (son époux/épouse). Ainsi au terme du contrat, le conjoint bénéficiaire pourra toucher l’épargne qui sera alors considérée comme une donation. Ce qui est intéressant c’est qu’hormis les droits de donation, aucune taxe n’est imposée à cette donation lorsque le montant est inférieur à 152 000€. Une autre manière de réaliser cette donation est de souscrire à un contrat en co-adhésion. Ainsi en cas de décès, le conjoint survivant ne perçoit pas l’épargne mais poursuit la fructification du contrat à son profit. La co-adhésion s’applique également pour les couples mariés sous le régime de la communauté et dont le conjoint bénéficiaire décède avant le souscripteur.

Tout savoir sur l’assurance vie sur http://assurance-vie.eu


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*